Procéder à l’engazonnement

L’engazonnement passe par plusieurs étapes pour s’assurer d’obtenir une jolie pelouse verdoyante qui tapit le sol. Différentes techniques d’engazonnement peuvent être mises en oeuvre, à savoir le semis des graines et la pose de rouleau ou de plaque. Peu importe la technique, le sol doit être préparé pour assurer la pousse et la reprise de ces herbes.

La préparation du sol

L’obtention d’un substrat qui permet au gazon de bien pousser passe inéluctablement par la préparation du sol. Quelques étapes doivent être respectées.

Le désherbage

Le nettoyage commence par l’enlèvement des mauvaises herbes et de toutes autres plantes vivaces qui colonisent le terrain. L’intervention à faire sur une surface large, dépassant les 100 m², nécessite parfois l’utilisation d’un appareil adéquat. Parmi les appareils créés, la motobineuse peut être une bonne alternative. En plus de déraciner les plantes adventices, elle ramollit également la terre et facilite ainsi les travaux à suivre. Avec un tel appareil, il faut aller doucement pour que tout soit arraché. La propreté de la surface doit être vérifiée. Un repos par temps ensoleillé est requis pour que le reste des mauvaises herbes sèche.

Le labourage du sol

À l’aide d’une bêche, il faut tourner le sol et décompacter la motte pour obtenir des petites particules. Un tel travail est ardu, notamment pour une opération sur un vaste terrain. Ainsi, le recours à un appareil comme le rotoculteur ou un tracteur peut s’avérer utile.

Le nivellement

Le terrain doit être bien plan et régulier, sans bosse ni vallon. L’opération peut être effectuée à l’aide d’un appareil spécifique destiné à cette intervention, comme la lame niveleuse. La finition est à réaliser avec une pelle ronde.

La fertilisation

L’apport d’engrais, de préférence organique, bonifie la qualité du sol. Le ratio convenable est de 20 g/m². Au fil de sa croissance, le gazon pourra puiser les nutriments essentiels à son développement dans ce sol fertilisé.

Le semis du gazon

Avant le semis proprement dit, il est préférable de laisser le terrain se reposer pendant 24 heures. Un passage du rouleau à gazon est indispensable pour former un lit de semence. Le choix des graines est délicat car les variétés à planter doivent être de bonne qualité pour que l’entretien des pelouses ne soit ni fastidieux ni coûteux.

L’épandage

La quantité de graines requise pour obtenir un gazon dense et bien fourni est de 750 g pour un terrain de 100 m². L’épandage se fait régulièrement dans un sens, puis dans l’autre, perpendiculairement au premier. Il faut veiller à répartir uniformément les graines et éviter leur accumulation sur certaines parties.

Le ratissage

Recouvrir les graines d’une fine couche de terre en ratissant légèrement le sol. Un balai à feuilles permet d’agir avec habileté. Le passage d’un rouleau à gazon vide permet de fixer les graines et d’éviter qu’elles s’envolent sous un coup de vent, ou qu’elles soient becquetées par les volatiles. L’intensité de cette action doit également tenir compte des besoins des graines en oxygène, en humidité et en chaleur. Ces conditions sont indispensables à leur germination.

Un arrosage régulier

Un arrosage 1 fois toutes les 12 heures est requis pour favoriser la germination des graines, au moins durant les 12 premiers jours suivant l’ensemencement. Après cette période, un arrosage par jour peut suffire.

Toutes ces étapes constituent le principe de l’engazonnement. Elles doivent être respectées pour réussir sa pelouse. Mais au vu de l’intensité des travaux et de la précision requise pour chaque opération, faire appel à un jardinier paysagiste est la meilleure alternative. Passez en revu la liste des professionnels répertoriés sur l’annuaire du site pour dénicher celui qui saura réaliser vos travaux à la perfection.

Architecte paysagiste: réussir son jardin