L’aménagement d’une toiture végétalisée

Cette couverture de toit originale et écologique est possible sur une pente peu inclinée, d’environ 35°. Contrairement à un jardin traditionnel, la toiture végétalisée se présente le plus souvent comme un tapis à dérouler, constitué de terre et de plantes déjà enracinées.

Pourquoi aménager une toiture végétalisée ?

En fonction du climat de votre région, plusieurs choix de végétation sont disponibles. En plus d’être une solution verte, utile à la lutte contre les émissions excessives de CO2, la toiture végétalisée contribue à isoler votre habitation du point de vue thermique mais aussi acoustique. Bien sûr, cette option est le complément d’une protection classique réalisée au moyen de matériaux isolants plus traditionnels auxquels elle ne peut se substituer. Une maison dotée d’une toiture végétale par un professionnel permet de réduire les écarts de température qui nuisent à son confort thermique. Sur le plan acoustique, cette couverture végétalisée donne également d’excellents résultats. Elle absorbe les ondes produites par les bruits extérieurs et diminue ainsi les nuisances sonores. Opter pour un toit recouvert de végétaux est un moyen de résoudre plusieurs problèmes liés au bien-être des occupants du logement.

Peut-on créer soi même une toiture végétalisée ?

Pour que ce projet soit durable, il est préférable d’en confier la réalisation à un spécialiste. Il est toutefois conseillé de personnaliser par la suite cet agencement comme on le ferait avec un jardin classique, au niveau du sol. Selon ses préférences, on peut choisir quelles plantes privilégier pour sa toiture végétalisée à condition qu’elles soient compatibles avec la structure de la toiture. Un professionnel est en mesure de vous conseiller sur ce point. Pour planter des arbres fruitiers (c’est possible), il faut une charpente solide ! Une strate intermédiaire est posée au niveau de l’ossature du toit pour éviter tout risque de détérioration. Le revêtement extérieur doit être imputrescible. Pour empêcher les infiltrations d’eau, le système de drainage pour une toiture végétalisée doit être bien étudié dès la conception de la couverture. L’eau retenue à l’intérieur représente un poids qui peut constituer un risque pour le toit. Cet écueil est évité si on utilise un substrat léger ou mieux, une irrigation par capillarité. Il s’agit de filtrer l’eau de pluie de sorte à ce que l’arrosage naturel ne dépasse pas 17 litres par m2.

Comment transformer son toit végétal en jardin potager ?

Récolter des légumes sur son toit est tout à fait envisageable, pour peu que l’on respecte certaines conditions. Mieux vaut choisir des plantations extensives, avec peu d’épaisseur (environ 15 cm) qui ne nécessitent pas d’arrosages fréquents. Des éléments d’étanchéité supplémentaires sont parfois employés, comme des bâches ou des bacs surélevés. Il faut prévoir des allées fonctionnelles, qui facilitent l’accès aux plates-bandes pour un jardinage sans fatigue et un transport de récolte aisé. Différents types de pose des végétaux en toiture existent, en plus du tapis pré-cultivé. Les bacs précédemment cités sont très pratiques ainsi que les micro-mottes calibrées pour que les végétaux poussent en harmonie avec leur milieu. La technique des semis est aussi possible sur un toit, comme dans un jardin. Par contre, il faut privilégier à ce niveau des graines de végétaux peu gourmands en eau comme les légumes racines du type carottes, panais ou les betteraves et les oignons. Les fougères, les crocus et la lavande sont également les bienvenus sur les toitures végétalisées, pour leur aspect décoratif et leur sobriété côté arrosage.

Architecte paysagiste: réussir son jardin